Menu +

Comment mettre en pratique l’autosuggestion ? (partie 2)

 

Suite à l’article d’hier, nous allons aujourd’hui aller un petit peu plus loin dans la façon de préparer des autosuggestions et de les utiliser.

Auto suggestion, suggestion, emile coue,ondes alpha, relaxation,respiration profonde, je me detends
« Je me détends… »

Par ou commencer ?

Comme nous l’avons vu dans le précédent article, la première étape est de trouver le ou les points que vous voulez améliorer. Quelles sont vos mauvaises habitudes ? Vos Blocages ?

Ensuite plutôt que de répéter des formules que vous trouvez toutes faites sur internet ou dans les livres, faites en sorte de créer vous même vos suggestions.

En les faisant vous même, elles seront plus marquantes et forcément plus adaptées.

Il y a quelques règles à respecter.

  1. La formule doit présenter le résultat comme quelque chose d’établi et non pas quelque chose à venir. Ne dites pas » je serais… », « Je voudrais… », mais « Je suis… », » je choisis de… », « J’ai… »,…« J’ai confiance en moi. », « Je suis de plus en plus confiant. »,… 
  2. La formule doit être courte, maximum 10,15 mots. C’est une phrase que vous allez apprendre et vous répéter. Plus elle sera simple, plus elle pourra être assimilée par votre subconscient.« J’aime les autres, j’ai de plus en plus de plaisir à rencontrer les gens. », » Je m’accepte de mieux en mieux. »,… 
  3. N’utilisez pas la négation. Si on vous dit : » ne pensez pas au précipice », qu’est ce que vous voyez immédiatement, sans même y réfléchir ? Vous voyez le vide devant vous, un trou. Votre subconscient fonctionne ainsi, il ne connait pas les négations. Alors si votre suggestion est « je n’ai pas peur de serpents. » votre subconscient prend en compte peur et serpents et de fait vous aurez toujours peur des serpents. Le plus fort dans l’histoire c’est que votre subconscient aura fait du bon travail. Alors, utilisez uniquement le mode affirmatif.« Je me libère de la peur. », « Je suis heureux dès maintenant. »

     

  4. N’utilisez pas la volonté.Le fait de faire intervenir la volonté risque de vous crisper et d’arriver au résultat inverse.Ne dites pas « je veux dormir. », cela peut vous bloquer sur le mot de dormir et amener le contraire du résultat espéré. N’essayez pas, le résultat est garanti !

     

  5. La suggestion doit être réaliste.Vous ne pouvez pas dire « Je suis riche. » (On parle d’argent.) Si vous ne l’êtes pas, votre subconscient ne peut accepter quelque chose qui est totalement faux.Vous pouvez dire « Jour après jour j’économise et je m’enrichis. »

     

  6. Imager vos suggestions.Comme nous allons le voir ultérieurement, une suggestion sera d’autant plus efficace si l’on peut se la représenter.« Je vais vers les gens ». Vous pouvez vous voir vous diriger vers un groupe de gens.

    « Chaque jour, je pratique des exercices physiques. », vous vous voyez en train de les faire.

Comment procéder ?

Pour être le plus réceptif qui soit, il est nécessaire de se retrouver dans un état de relâchement. L’idéal est de se retrouver dans ce que l’on appelle l’état alpha. L’état alpha est caractérisé par un nombre de cycles des ondes du cerveau (7 à 13 par seconde.) particulier, où l’on se sent détendu.

C’est cet état que vous retrouvez juste avant de vous endormir et le matin au réveil.

C’est pourquoi, les autosuggestions se font à ces moments-là.

En pratiquant la relaxation, vous pouvez vous mettre en état alpha. Cela demande de l’entrainement, mais avec de la pratique vous pouvez tout à fait y arriver. Ce qui vous permettra par la suite de vous mettre en état de réceptivité à volonté.

Il y a bien d’autres méthodes, par exemple l’hypnose pour atteindre ces états, la musique relaxante.

Vous pouvez aussi utiliser d’autres moyens pour que les suggestions passent directement par le subconscient. Ce sont les messages subliminaux, vous pouvez aussi utiliser les enregistrements que vous programmez dans la nuit.

Mise en pratique.

Pour le moment, nous allons nous recentrer sur la relaxation ou tout du moins un état de relâchement. (Nous aborderons la relaxation lors d’un prochain article.).

Installez-vous confortablement. (Assis ou allongé.). Si c’est le soir, ce peut être avant de dormir.

— Prenez de profondes inspirations. Prenez conscience de votre respiration.

Inspirez profondément, puis expirez tout aussi profondément.

Faites cela 3 fois.

— Puis faites de nouveau une inspiration profonde et lors de l’expiration prenez conscience de votre corps et faites en sorte de le détendre.

— À chaque expiration suivante, vous vous détendez de plus en plus.

Pensez, « je me détends. »

— Prenez aussi conscience de tous les points de contact de votre corps avec le support, chaise ou lit.

Ressentez vos mains et ses contacts, vos jambes, votre dos avec la chaise ou le matelas.

En fait, passez tout votre corps en revue, votre tête, vos épaules votre dos, vos bras, vos mains, votre bassin, vos cuisses, vos mollets, vos pieds.

À chaque expiration attachez-vous à une partie du corps et continuer à pensez » je me détends ».

— Une fois que vous avez passé en revue toutes les parties, ressentez l’ensemble de votre corps se détendre à chaque expiration.

— Essayer, dans un premier temps cela peut être relativement difficile de rajouter un effet de lourdeur.

Après chaque inspiration, lorsque vous soufflez, sentez chaque partie devenir pesante ou s’enfoncer dans le matelas tout en pensant « je me détends »

Cette suggestion est essentielle dans le processus. Utilisez là encore et encore.

Puis passez à vos suggestions :

Commencez par la formule de base :

« Chaque jour et à tous les points de vue, je vais de mieux en mieux. » Répétez là 10 fois.

Puis passez à vos propres suggestions. N’en utilisez que 1 ou 2. Une fois que vous serez satisfait des résultats obtenus, vous pourrez passer à d’autres.

Répéter celles-ci aussi 10 fois.

Comme nous l’avons dit précédemment, les suggestions que vous avez préparées doivent être imagées. Quand vous allez vous les répéter, faites en sorte de voir la scène. S’il s’agit de timidité, voyez-vous aller vers les gens, de même pour la confiance. Pour de l’argent, voyez cet argent, sous toutes ses formes. Pour le poids, voyez-vous plus mince, plus alerte. Vous devez voir les résultats. Cela demande aussi de la pratique, mais cela accélère le processus.

Avec la pratique, vous pourrez vous mettre en état de réceptivité très rapidement.

Pratiquer ces suggestions, au moins deux fois par jour, l’idéal c’est comme nous l’avons vu le matin au réveil et le soir au coucher.

Le principe des suggestions c’est de faire en sorte que le subconscient intègre ces nouvelles façons de fonctionner. Il faut donc pour cela répéter, répéter et encore répéter.

Vous pouvez insister en rajoutant d’autres techniques. Comme on l’a vu précédemment, vous pouvez vous enregistrer vos suggestions et vous les passez en boucle. Vous pouvez les noter sur une feuille et les afficher dans des endroits où vous passez du temps.

Vous l’avez compris ; il faut multiplier les périodes de suggestions pour pouvoir influencer plus sûrement votre subconscient.

Votre action du jour, c’est d’utiliser la mise en pratique des suggestions, telle que décrite pour faire vos séances du soir et du matin. Répétez les suggestions tous les jours. Pensez à vous mettre en état de relâchement, cela favorise les résultats, tout en vous apportant un bien-être.

« Vous verrez, vous me remercierez plus tard » Mr MONK.

« Je ne vous demande pas de me croire, mais juste d’essayer. » Christian GODEFROY.

Laissez un commentaire ci-dessous, si cet article vous a plu. Avez-vous mis en place les techniques de relâchement ? Avez-vous noté des effets suite à vos suggestions ?

Téléchargez votre méthode IQARE pour écrire un livre !



2 commentaires sur Comment mettre en pratique l’autosuggestion ? (partie 2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *