Menu +

Je me bouge, est-ce que je suis à côté de la plaque ?

 

 

Être à côté de la plaque, vous connaissez l’expression. Cela signifie se tromper, être hors sujet.

Et si cela vous arrivait plus que vous ne le pensez ! Vous pensez bien faire, avoir bien compris. Et pour finir vous avez peut-être mal interprété ce que vous venez de voir ou d’entendre.

Vous voulez en savoir plus ? C’est le sujet de l’article d’aujourd’hui.

 

a coté de la plaque, à côté de la plaque, PNL, Korzybski, je me bouige, monk, Godefroy, la carte n'est pas le territoire
             Etonnant, non ?

 

La vie, c’est des millions de choses à observer !

 

À chaque moment, notre cerveau est inondé d’informations. Que ce soient des données auditives, visuelles, olfactives, tactiles ou gustatives.

La nature est faite de milliers de couleurs avec toutes les nuances possibles. Un nombre incalculable de choses ou d’objets vous entoure.

Chaque personne que vous croisez ou avec laquelle vous communiquez va tour à tour adopter de multiples comportements. Sa voix va varier, se moduler en fonction de ce qu’elle va dire et de ses émotions. Aussi, de nombreux gestes vont inconsciemment ou pas traduire ses sentiments et sa conviction.

 

Chacun voit la vie différemment.

 

Bref, la vie de tous les jours est peuplée de millions de choses qui se passent devant vous. Et votre cerveau, bien que remarquable, ne va pas conserver la totalité de celles-ci.

Suivant votre vue, votre ouïe (votre écoute), votre odorat, vos sensations, vous n’allez retenir qu’une partie de chacune des scènes. Vous ne pouvez pas tout voir, tout entendre, tout sentir…

Elles sont peut-être inscrites dans un coin de votre cerveau. Mais consciemment vous n’en retenez qu’une partie.

Mais alors, la question se pose. Est-ce que ce que vous avez retenu de tout cela sera la même chose que la personne qui vous accompagne ? Si vous prenez deux personnes devant une situation, pensez-vous qu’elles en retiennent les mêmes éléments ? Auront-elles les mêmes idées, les mêmes pensées. ?

Vous vous doutez de la réponse, en fait vous la connaissez, bien sûr que non !

 

Quelques exemples.

 

Il y a tout d’abord les illusions d’optique. Là, le phénomène est extraordinaire devant un même tableau ou une scène. Certains arrivent à voir des choses tout à fait différentes.

Nous avons vu cela dans un article déjà (jeune ou vieille ?).

jeune ou vieille dame, photo jeune ou vieille, Paul Pyronnet, PNL, méfiez apparences,eviter affrontement,communication
           Qui voyez-vous ?

Dans d’autres situations, de nombreux détails vous échappent (vidéo YouTube.).

Voilà une autre histoire.

Un professeur de philosophie se tourne vers son audience et lui demande : « De quelle couleur est ce livre ? »

Et les étudiants en cœur répondent : « Il est rouge, », en voyant la couverture rouge.

À son tour le professeur prend la parole et explique qu’il n’en est rien !

« Ce livre est noir ! »

En même temps qu’il dit cela, il prend le temps de retourner le livre dont la couverture est noire de son côté…

Maintenant, prenez une photo, et observez là ! Prenez un peu de temps. Et maintenant, essayez de lister un maximum de choses que vous avez pu observer. Les formes, les couleurs, les personnages, les gestes…

Vous voyez, vous en avez oublié pas mal, et pourtant vous avez pris du temps !

Alors, pensez à ce qui se passe dans la vie quotidienne où le temps, lui, ne s’arrête pas !

Et si une autre personne fait la même expérience, une fois de plus de nombreuses différences pourront apparaître entre elle et vous.

Ces différents exemples sont là pour vous prouver que chacun peut avoir une vision différente d’un autre. La vérité de l’un n’est pas celle de l’autre !

Suivant l’angle où vous observez une situation, suivant vos sensations (vue, ouïe, odorat, etc.), de grosses différences peuvent naitre quant à l’interprétation.

Demandez à un policier qui a déjà réalisé des appels à témoins. La personne coupable pourrait avoir quelques fois une dizaine de portraits-robots…

Mais ce qui remarquable, c’est que ces observations, ces témoignages ne sont pas la seule source d’erreur ou de mauvaise interprétation.

 

C’est l’histoire de 3 personnes !

 

On vient de voir le premier point. Le deuxième point qui intervient, c’est votre histoire. Ce sont les croyances que vous avez acquises et accumulées depuis votre plus jeune âge.

Vous avez été victime d’une ou plusieurs injustices dans votre passé. Pourtant, celles-ci sont venues de personnes en qui vous aviez confiance.

Que se passe-t-il depuis ? Vous vous méfiez des gens. Dans chaque personne, il peut y avoir de nouveau ce genre d’agissements. Vous en venez à douter de chacun, à voir chez les gens de façon dorénavant inconsciente tous les détails qui vous confortent dans votre idée. Suivant sa façon de bouger les bras, vous y verrez une forme de manipulation. De la même façon, son petit rictus sera pour vous un clignotant vous avertissant de ses mauvaises intentions.

Vous allez retenir et interpréter les propos qui vont dans ce sens. Et le pire dans tout cela, c’est que vous vous en persuadez. Autrement dit, cela va encore confirmer vos croyances. Les gens ont de mauvaises intentions !

De la même façon, vous êtes d’un naturel particulièrement optimiste ? Vous n’allez voir que des choses positives dans ce que va vous dire votre interlocuteur. Ces gestes de bras seront pour vous un appel à la communication. Son rictus représentera son degré d’accord avec vous. À la fin de la discussion, vous serez ravi de votre discussion et content de retrouver cette personne par la suite.

Maintenant, imaginez qu’en fait dans la scène précédente, il y avait 3 personnes l’interlocuteur, le méfiant et l’optimiste. Et suite à cette conversation, le méfiant et l’optimiste parlent de la troisième personne. Vous pensez réellement qu’ils ont vu et entendu la même personne ?

Évidemment, la situation peut paraître un peu exagérée ! Mais en êtes-vous totalement sûr ?

Chacun voit le monde avec ses sens, mais aussi avec toutes ses croyances, son histoire.

 

Mes croyances me mettent à côté de la plaque !

 

En PNL (Programmation Neuro Linguistique), il y a un présupposé (quelque chose qui est supposé vrai), attribué à Alfred Korzybski qui est : « La carte n’est pas le territoire ».

Autrement dit, notre carte du monde correspond à l’idée que l’on en a, à notre vision. C’est notre façon de nous représenter la vie en fonction de notre histoire, de notre vécu.

Toutes les émotions, tous les sentiments et ressentiments accumulés ont forgé notre personne et notre vision du monde.

Il est bien clair que personne au monde n’a eu point par point les mêmes étapes, les mêmes expériences durant son existence. Il devient alors tout à fait normal que chacun ait des réactions des ressentis différents. Et ce pourtant même dans des situations identiques.

Aussi, cette « carte du monde » n’est en aucun cas la représentation claire et fiable du territoire qui lui représente les faits, simplement les faits du monde tel qu’il est.

C’est pourquoi, il peut arriver et cela arrive, je vous l’assure de vous retrouver comme le dit l’expression à côté de la plaque. Votre interprétation n’est pas obligatoirement ce que la personne en face de vous voulait vous dire ou vous faire comprendre.

Le message n’est pas bien passé. Vous voyez où ces erreurs de jugement peuvent mener ? Des incompréhensions, mais plus grave, des colères, des fâcheries, des ruptures….

 

Remettez la plaque à la bonne place !

 

Alors, comment faire pour éviter de vous retrouver à côté de la plaque ?

Tout d’abord, ce n’est pas simple, car la plupart de vos réactions sont totalement inconscientes. De plus, certaines de celles-ci sont aussi là pour vous rendre service ? Vous avez appris à être méfiant, et cela pourra vous être utile.dans le cas d’une personne néfaste. Contrairement à l’optimiste qui se fera plumer. Mais bon, il trouvera certainement une raison d’optimiser la situation.

La façon la plus efficace pour pallier à cette situation va être d’être à l’écoute.

  • Prêtez attention à ce que dit l’autre. Aussi, pour cela, laissez-le parler, ne le coupez pas. Ne pensez pas à ce que vous allez dire plus tard, écoutez. Pour la réponse les mots viendront tout seul.
  • Ne jugez pas sur vos impressions et émotions. À chaque sensation que vous allez ressentir, faites en sorte de vous faire préciser ce que veut dire la personne. Si vous avez une crainte, demandez en quoi et comment vous pouvez être rassuré ; Il n’est pas question d’installer de faux sentiments dans la conversation. Ou alors, vous connaissez la suite !
  • Faites en sorte de reformuler, pour voir si vous avez bien compris. Cela évitera déjà les erreurs d’interprétation et vous précisera peut-être les intentions de la personne. Essayer de vous retrouver dans le même territoire que lui, de vous approcher de sa carte du monde.
  • Ne partez pas avec un jugement pré établi. Ne vous faites pas une idée fixe sur la personne, sans prendre le temps de la moduler par la suite. Il y aurait de fortes chances que tout dans son discours soit déformé.
  • Ne généralisez pas. Ce n’est pas parce que Pierre, Paul ou Jacques vous a dit cela à son propos que cette personne est telle que « présentée ». Et évitez, les : « je reconnais ce signe, il veut m’entourlouper. », « Je ne le sens pas, il me rappelle quelqu’un ! », « Tous les mêmes ! »

Votre action du jour

 

Voilà ce que je voulais vous dire aujourd’hui. Nos croyances, notre vision, notre audition sont ce qu’elles sont. Aussi, faites en sorte de ne pas vous retrouver à côté de la plaque du fait de leur imprécision ou de leur dominance.

Votre action du jour va être de prendre conscience des moments où dans la journée vous êtes guidé par ces émotions dues à vos croyances. Mais aussi, prenez le temps d’aiguiser votre vision et votre audition. Prenez le temps de regarder et quand vous êtes avec quelqu’un d’écouter.

Essayer de vous rappeler les personnes que vous avez jugées uniquement sur des sentiments, des intuitions. Voyez lesquelles sont devenues plus proches. Mais vous pouvez aussi envisager de retrouver celles que vous avez ignorées ou mises de côté et voir si à ce moment-là, ce n’était pas vos croyances qui avaient décidé.

 

Plan du site je me bouge

 

Vous verrez, vous me remercierez plus tard » Mr MONK.

« Je ne vous demande pas de me croire, mais juste d’essayer. » Christian GODEFROY.

 

Laissez un commentaire ci-dessous, si cet article vous a plu. Cela vous arrive-t-il d’être à côté de la plaque à cause de mauvaise interprétation ? Donnez-nous une de vos expériences ?

Téléchargez votre méthode IQARE pour écrire un livre !



1 commentaire sur Je me bouge, est-ce que je suis à côté de la plaque ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *