Menu +

Je me bouge, l’habitude en 66 jours, mais je change le format !

 

 

Aujourd’hui, petite nouveauté. Je reprends l’article précédent en le présentant différemment. Il s’agit d’une histoire, pour mettre en lumière ce que l’on a vu dans cet article, prendre une habitude en 66 jours.

habitude en 66 jours, deux amis, je me bouge,un projet à la fois,noter habitude, note habitude
                                      Les deux amis.

 

Les deux amis.

 

Pierre et Quentin sont deux amis. Ils ont toujours vécu l’un à côté de l’autre. Ce furent les mêmes écoles, les mêmes classes. Ils ont connu quelquefois les mêmes copines. Il faut dire qu’ils sont vraiment inséparables.

Cela ne s’est pas arrêté là. Ils sont maintenant employés dans la même société. Ils ont donc souvent l’occasion de discuter ensemble.

Alors un jour Pierre pose cette question à Quentin : « Dis donc Quentin, on se connaît depuis longtemps. Il y a quelque chose que je voulais te dire ! »

Discussions entre amis.

 

J’ai beau te connaître, on a souvent eu les mêmes résultats, mais là quelque chose me pose problème.

« Je ne comprends pas comment tu fais pour réussir tout ce que tu entreprends. »

« Tu as réussi à arrêter de fumer, pas moi. ». « Tu n’as jamais une minute de retard, ça m’arrive quelquefois et souvent plus d’une minute… ». « Là tu viens de prendre la place de second du patron. Pour cela, tu as réussi à maitriser parfaitement la comptabilité. De mon côté, j’ai eu beaucoup de mal ! »

Quentin est un peu étonné. Il n’a pourtant pas l’impression d’avoir fait des choses extraordinaires pour faire tout cela. Il avait décidé, il a mis en pratique et il a réussi. Pour ce qui est de la place de second, il savait que cela ne dépendait pas que de lui. Mais bon il avait juste pris du temps pour apprendre la comptabilité. Et cela avait fait, semble-t-il, la différence.

Une proposition arrive !

 

Pourtant il savait que Pierre avait toutes les capacités pour faire tout cela. Alors pourquoi, effectivement, il n’arrivait pas aux mêmes résultats ?

Il dut bien lui répondre qu’il n’en savait rien, mais qu’il allait y réfléchir. S’il avait une idée ou mieux, une solution, il ne manquerait pas de lui dire.

Les jours passèrent.

Dernièrement, il y a trois semaines, lors de la réunion le patron de la société a annoncé la création d’un nouveau poste. Ce poste serait directement relié au service comptabilité. En effet, Quentin depuis sa nomination avait pu s’apercevoir que le service n’était pas suffisamment étoffé pour faire face à toutes les demandes.

À la suite de la réunion, Quentin va donc voir Pierre et lui demande ce qu’il en pense. Il aimerait bien qu’il postule pour celui-ci. Ils pourraient travailler ensemble tous les deux. C’était une belle opportunité et de plus, il savait que le poste serait évolutif par la suite.

Pierre était content que son ami le contacte de suite et avec un tel enthousiasme. À côté de cela, il se rappelait que la comptabilité cela n’avait pas été son « fort ». Mais bon, c’était une super occasion pour se retrouver avec son meilleur collègue.

Le test.

 

Quentin, ne voulait pas lâcher l’affaire. Et il se rappelait de ce que Pierre lui avait dit lors de la conversation précédente. Il se dit qu’il serait bon de faire un premier test après maintenant trois semaines que l’annonce avait été faite de voir le niveau des « prétendants ».

En fait, ils étaient trois à se présenter, dont Pierre bien entendu. Il s’agissait d’un test de comptabilité, pour évaluer l’évolution de chacun en cette matière.

Une fois les tests passés, les résultats étaient censés rester confidentiels. Pierre essaya bien d’en savoir un peu plus. Mais Quentin lui expliqua qu’il ne pouvait pas en parler.

Pierre connaissant Quentin se doutait que s’il y avait quoi que ce soit, il lui dirait. Comme il ne disait rien, c’est que cela devait être bon.

L’idée de Quentin.

 

Et pourtant, depuis hier, Quentin se posait de nombreuses questions. Effectivement, la comptabilité, ce n’était pas le fort de Pierre ! Ses résultats étaient mauvais. En fait, il était le moins fort des trois. À ce rythme-là, il aurait peu de chances d’en faire son bras droit.

Il fallait trouver quelque chose et comprendre pourquoi Pierre ne progressait pas mieux que cela. Utiliser les services du bureau qualité, c’était son idée ! Il allait faire en sorte de faire passer un entretien demandé par la direction, aux trois personnes pour en savoir plus sur eux. Ce serait le moment d’en savoir plus sur chacun et sur Pierre bien entendu en particulier.

L’enquête.

 

Il envoya donc l’enquêteur auprès des 3 candidats.

Le tour de Pierre arriva et les questions fusèrent. « Que devez-vous voir en comptabilité ? ». « Qu’avez-vous vu pour le moment ? ».« Combien de temps vous y passer chaque jour ? », pensez-vous arriver à maitriser le programme demandé ? »,… Et ensuite il fit faire quelques exercices.

Pierre était satisfait de ses réponses et de ses résultats. Il pouvait attendre la suite sereinement.

Les résultats.

 

Quand Quentin eut accès aux résultats de l’enquête, il comprit immédiatement d’où venait le problème de Pierre. D’abord, il constata ; mais cela il le savait déjà que Pierre était le moins performant des trois.

Mais ce qui le frappa d’entrée fut la réponse à la question. « Combien de temps de temps y passez-vous chaque jour ? ».

Pierre avait répondu, avec l’assurance qu’il lui connaissait. « Disons que ce n’est pas tous les jours, mais j’y passe environ une heure. ». « Quelquefois je rate un ou deux jours, mais après je me rattrape… »

L’inspecteur ce jour-là lui avait demandé s’il possédait une méthode particulière, quel était son support ? Ce à quoi Pierre lui avait répondu qu’il n’avait pas de support particulier, mais qu’il pouvait avoir confiance. Il était très sérieux. Tellement sérieux qu’en plus, il étudiait un peu l’anglais en matière de comptabilité pour compléter.

La nouvelle rencontre.

 

Maintenant, Quentin en savait plus maintenant et pouvait faire part de ses « découvertes » à son ami Pierre. Il avait en partie la réponse à la question que Pierre lui avait posée.

« Pierre, j’ai deux nouvelles à t’annoncer, une bonne et une mauvaise. Alors laquelle ? »

« La mauvaise d’abord, ce sera fait ! » Répondit Pierre du tac au tac.

« Autant te le dire d’entrée, pour l’instant c’est mal parti. ». « Par contre, j’ai cette bonne nouvelle, je vais pouvoir répondre à ta question, tu te rappelles ? »

Pierre venait d’encaisser le coup. Aussi il ne comprenait pas en quoi cela était une bonne nouvelle pour lui.

Explications.

 

« Oui, je me rappelle, mais tu crois que c’est le moment d’en parler ? »

« Oh que oui, ! » Répondit Quentin un peu remonté.

« La réponse est simple. Si je réussis tout ce que j’entreprends comme tu dis, c’est que je fais cela avec méthode. Et manifestement, la méthode, ce n’est pas vraiment ta spécialité. C’est vrai que pour les études tu étais fort, mais il semblerait que tu te reposais sur tes facilités. Tu n’avais pas de soucis pour apprendre et tout se passait bien. Mais là maintenant il s’agit d’une autre vie, les places sont chères et les gens se battent pour avoir les meilleures. Ils font en sorte de mettre toutes les chances de leur côté pour réussir. En ce qui concerne la comptabilité, il s’agit d’une habitude de travail à prendre. Ce n’est pas une matière que tu vas étudier et oublier par la suite. Et cela, tu dois le garder en tête à tout moment. »

« Mais dis-moi Quentin, cela ; je le sais ! Tu veux que je fasse quoi ? »

« Simplement Pierre, tu vas travailler avec Méthode. Tu es prêt à écouter ? »

« Oui, bien sûr, j’aimerais savoir ce que va être « ta » méthode ! » Comme vous l’avez compris, Pierre était un peu énervé.

Méthodologie : l’habitude en 66 jours.

 

Quentin calma sa respiration et commença : « Tout d’abord, tu oublies l’anglais. Ce que tu dois apprendre c’est la comptabilité. Alors une seule chose à la fois ! La priorité du moment c’est de prendre l’habitude de pratiquer la comptabilité. Et pour cela tu vas travailler sur cette matière tous les jours. Tu ne vas pas laisser passer un seul jour sans t’y mettre ! Aussi pour être sûr que tu ne rates pas un jour, tu vas prendre une feuille. Si tu as un cahier pour cela, tu peux t’en servir. Tu me fais 66 lignes sur celle-ci. Pourquoi 66 ? Tout simplement, parce que c’est le nombre de jours nécessaires pour adopter une habitude. Les dernières recherches en neurosciences en sont arrivées à cette conclusion. Autrement dit, en pratiquant durant cette période tu acquiers une habitude que tu n’as pas aujourd’hui. Il te reste encore deux mois et demi avant la prise de poste. C’est tout à fait faisable. En attendant, il te reste à préparer le programme et les différentes étapes. Je peux t’aider pour cela, bien entendu, si tu le souhaites. Et tous les soirs, tu noteras qu’effectivement tu as fait ta séance de comptabilité. Si bien que lors de la prochaine inspection, tu n’auras aucun mal à préciser ce que tu as fait et ce que tu as encore à faire. Tout sera noté. Quelle est ta mission du jour et des jours à venir ? Qu’as-tu fait ces derniers jours ? Quel est ton degré d’avancement ? Maintenant, tu comprends quand je te parlais de méthode ? Comment tu vois cela ? »

L’accord.

 

Pierre commença par s’excuser. « Excuse Quentin, j’étais énervé et je pensais que tu me prenais un peu de haut ! Mais je te remercie pour tout ce que tu viens de me dire. C’est comme cela que l’on reconnaît les vrais amis ! Tout ce que tu m’as dit, je le sais et pourtant, je ne le fais pas. Je comprends pourquoi maintenant tu réussis ce que tu entreprends. Ce sont des choses simples et je passe à côté. Alors une fois de plus merci et tu sais que tu peux compter sur moi !

  • Un seul projet à la fois
  • Je le note sur un support, je prévois mes 66 lignes
  • Et chaque soir, je note ce que j’ai fait. Je ne passe pas une journée sans faire ma séance.
Fin de l’histoire.

 

“Pour ce qui est du contenu, je compte sur toi pour un peu d’aide. (Mais ça, c’est l’objet d’un autre histoire). Une fois de plus, merci, Quentin. Et sache que l’on va bientôt se revoir, peut-être ne sait-on jamais, dans le même bureau… “

Quentin rit et accepta volontiers cette proposition.

L’histoire se finit ainsi ce jour-là. La suite, vous vous en doutez, mais je peux vous le confirmer. Pierre obtint le poste et est maintenant le bras droit de Quentin. Non seulement il avait rattrapé son retard, mais il avait même réussi à avoir les meilleurs résultats en comptabilité. Sans que Quentin n’intervienne. Aux dernières nouvelles, il semblerait qu’il obtienne le poste de correspondant avec le bureau des États Unis. Il faut dire que depuis cette histoire, il s’était remis à l’anglais. Et cette fois-ci avec méthode…

 

Votre action du jour.

 

Si vous ne l’aviez pas encore fait. Préparez votre nouvelle habitude en la détaillant sur votre feuille de 66 lignes. Ce sera votre support quotidien pour l’adoption de votre nouvelle habitude. Et n’oubliez pas, une seule à la fois !

 

Plan du site je me bouge

 

Vous verrez, vous me remercierez plus tard » Mr MONK.

« Je ne vous demande pas de me croire, mais juste d’essayer. » Christian GODEFROY.

 

Laissez un commentaire ci-dessous, si cet article vous a plu. Avez-vous apprécié l’histoire ? Que pensez-vous de ce format ? Pour ce qui est de votre nouvelle habitude, vous avez avancé ?

Vous voulez ou aimeriez écrire un livre ? Comment commencer et trouver la motivation ? Toutes les étapes et 1 méthode complète, la méthode IQARE.



1 commentaire sur Je me bouge, l’habitude en 66 jours, mais je change le format !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.