12 principes de mieux vivre

Mieux vivre ? Cela intéresse tout le monde. Mais, quels en sont les principes, les recommandations ? Ensuite, par quoi et comment commencer ? C’est le sujet de l’article du jour.

 

2 visages un triste un heureux avec la mise en place des  principes de mieux vivre

     12 principes de mieux vivre. A adopter rapidement !

 

 

 

12 principes. Pour mieux vivre ?

 

Pour chacun, bien vivre correspond à sa propre vision des choses. Que faudrait-il pour vivre une vie agréable ? Belle et bonne à vivre.

Pour certains ce qui sera important c’est le corps, d’autre l’esprit. Pour d’autres, ce seront les relations. Et pour la plupart, ce sera un mixte de tout cela.

Dans les phrases qui vont suivre, je vous propose 12 principes de mieux vivre. Comme vous le verrez, ils font appel à ce que nous venons de voir.

Donc, quels sont-ils ?

 

 

1) Mouvement

 

Bougez, faites des exercices physiques. Je ne saurais trop vous conseiller de faire vos 30 minutes chaque jour. Si dans un premier temps cela est trop difficile pour vous. Commencez par des étirements. Ensuite, vous pouvez enchaîner avec le gainage, les pompes, les squats. Et une fois « dérouillé », vous pouvez utiliser le 7 Mn workout ou le Tabata.

Ou bien entendu tous les sports que vous appréciez. Que ce soit seul ou en groupe.

 

 

2) Alimentation

 

Le principe de base est simple. Manger de tout en quantité moyenne. Tout cela pour éviter les carences.

Faites en sorte de privilégier au quotidien les fruits et les légumes. Prenez le temps de mâcher. Pensez que la satiété arrivant au bout d’une vingtaine de minutes environ.

Vous pouvez donc arrêter avant. La satiété indique que votre ventre est bien rempli. Donc cette sensation arrive un tout petit tard.

 

 

3) Récupération

 

Faites des pauses. Ce peuvent être des moments de relaxation. Profitez-en pour vous concentrer sur votre respiration.

Et surtout, privilégiez un bon sommeil. Sans un sommeil récupérateur, vous aurez beaucoup de mal à apprécier la vie. Mieux vivre passe obligatoirement par de bonnes nuits de sommeil.

 

 

4) Détoxification

 

Buvez de l’eau. Beaucoup d’eau. 1,5 l par jour est semble-t-il le minimum pour une bonne élimination et une bonne hydratation du corps.

Pour éliminer les toxines, faites du sport. Si vous avez la chance de pouvoir faire du sauna, faites-le !

Pensez à votre jus de citron le matin. Consommez des antioxydants : thé, chocolat, pommes, un verre de vin

Vous pouvez aussi envisager un jeûne ou un jeûne partiel pendant quelques jours.

Et n’oubliez pas que les toxiques ne viennent pas que de l’alimentation. Ce peuvent être des personnes qui vous entourent et qui vous polluent. Tenez-en compte aussi !

 

 

5) Apprendre

 

Apprenez chaque jour de nouvelles choses. Ne cessez pas de vous former, de lire. Apprendre, c’est aussi et surtout écouter les autres pour ce qu’ils ont à vous dire, à vous apporter.

Une vie où l’on n’apprend plus est une vie « morte ».

 

 

6) Silence

 

Façonnez-vous des moments de calme. Prenez l’habitude d’avoir ces périodes de silence. Loin des tourments de la vie, des bruits incessants, retrouvez-vous dans un espace de tranquillité ! C’est aussi une manière de reprendre contact avec vous.

 

 

7) Petits moments magiques

 

Procurez-vous des moments où vous prenez votre temps et vous appréciez. Être avec ses enfants, Pause café, lecture, jeux vidéos (sans en abuser), promenade (en forêt si possible),…

Chacun sa vision de ces moments. Le principal, c’est d’en prendre…

 

 

8) Volontariat

 

Apporter votre aide aux autres. Cela peut être le cas en famille. Pour vos amis, au travail. Mais vous pouvez aussi vous investir dans des associations, pour une cause. Apporter de l’amour et un accompagnement aux personnes âgées, aux enfants…

Donner de son temps et de soi aux autres vous apporte beaucoup de satisfaction.

 

 

9) Passion

 

Avoir une passion, une activité que vous aimez particulièrement. Une activité, un art qui vous enthousiasme. La passion vous permet de vous faire plaisir. Mais aussi de rencontrer et de partager avec les autres. C’est un moment fort de vos journées !

 

 

10) Spiritualité

 

Chacun envisage à un moment ou un autre de mieux se connaître. De connaître son « Moi » le plus profond. « Quelle est ma place dans le monde, dans l’univers ? » Autant de questions dont vous pouvez trouver les réponses avec la religion, la méditation, l’introspection…

 

 

11) But objectif

 

Comment peut-on envisager une vie sans buts, sans objectifs ? À partir du moment où vous savez ce que vous souhaitez, vous pouvez vous y diriger. Chacun ira à son rythme. Le principal, c’est d’avoir cette direction. Sans objectif, le risque est de vous retrouver perdu. Seul, sans savoir où aller…

 

 

12) Gratitude

 

Éprouvez de la gratitude envers les autres. Pensez à faire des cadeaux. Remerciez les gens, la vie, le nature ! Être reconnaissant apporte de la joie et du bonheur aux autres. Mais cela vous en procure tout autant en retour. D’ailleurs, que serait votre vie s’il n’y avait pas les autres ?

 

 

12 principes de mieux vivre. Je vote….

 

Prendre conscience de ces 12 principes de mieux vivre vous fait faire un point sur là où vous en êtes personnellement. Quelle est votre position vis-à-vis de chacun de ces éléments. Vous pouvez vous attribuer une note pour chacun des items.

10 si vous êtes en phase avec ce principe. 0 si ce n’est pas du tout le cas. Cela peut vous donner un tableau à cet instant de votre façon de voir et vivre la vie.

Vous pouvez en profiter pour vous poser les questions quant à une amélioration.

Est-ce que je dois travailler la spiritualité, le volontariat, mon alimentation… ?

Ce sera ainsi le moment de vous fixer des objectifs à venir sur ces différents éléments.

 

 

Votre action du jour

 

Votre action du jour est de faire un petit inventaire de votre vie actuelle. En fonction de ces 12 principes de mieux vivre, évaluez où vous en êtes.

Une fois l’évaluation faite, voyez ce que vous devez, aimerez améliorer.

Cette évaluation est à faire régulièrement. Une fois tous les 6 mois. Qu’est-ce que vous en pensez ?

 

 

Plan du site je me bouge

 

Vous verrez, vous me remercierez plus tard » Mr MONK.

« Je ne vous demande pas de me croire, mais juste d’essayer. » Christian GODEFROY.

 

Laissez un commentaire ci-dessous, si cet article vous a plu. Où en êtes-vous avec ces 12 principes de mieux vivre ? Qu’allez-vous travailler ?

Une journée dans le passé ! Faites des films !

Replonger dans le passé. Ne saurait-ce que pour une journée. Cela vous tente ? Eh bien ! C’est ce que je vous propose dans l’article d’aujourd’hui. Je l’ai fait ! Vous pouvez vous aussi le faire….

 

Une ancienne caméra pour filmer une journée du passé

    Une journée du passé. je ressors la vieille caméra !

 

 

 

Retour dans le passé !

 

Depuis quelque temps, le temps est maussade, ce qui est assez rare en Provence. Profitant donc d’un week-end pluvieux. J’ai eu la bonne idée de mettre la main sur des vidéos que j’avais pu faire il y a quelques années.

Et quand je dis quelques années, je veux parler d’une trentaine d’années.

Autant vous dire que là, on ne parle pas de format numérique. Il s’agit pour ceux qui s’en rappellent des petites cassettes VHS. Cassettes que l’on trouvait dans des caméscopes grands comme au moins 20 smartphones collés ensemble aujourd’hui… !!

 

 

Les souvenirs reviennent !

 

Me voilà donc avec mon « appareil ». Je le branche avec une prise péritel ! Encore un mot barbare qui appartient à une autre génération…

Et là j’attends. Je ne sais absolument pas ce que je vais pouvoir voir. Il y a si longtemps !

Autant vous dire la surprise que vous pouvez avoir d’observer une journée du passé. Vous voilà replongé des années (dans mon cas presque 30 ans) en arrière. Avec bien sûr des images que vous avez oubliées. Même si au fur et à mesure vous commencez à vous rappeler de plus en plus précisément.

Maintenant, pensez à ce que cela peut apporter de voir des images qui datent dorénavant ?

 

 

Rires et nostalgie…

 

Tout d’abord le plaisir de revoir des moments agréables. Il faut dire que ces vidéos avaient été faites à l’occasion de toutes sortes d’occasions sympathiques. Anniversaire, repas en famille, mariage, moments sur la plage…

Chacun se revoit donc, et revoit les autres avec plaisir.

Autant vous dire que les enfants se sont redécouverts. Ils avaient totalement oubliè ces moments-là. Franchement, ils n’étaient pas les derniers à apprécier cette représentation.

Un autre facette de ces vidéos d’un « autre temps », c’est que vous pouvez revoir certaines personnes disparues.

Il n’est pas question de plomber l’ambiance. Mais un peu de nostalgie ne fait pas de mal…

Et de plus, comme je vous le disais précédemment. Quand tout le monde rit, chante, s’amuse, cela ne peut être que sympathique !

 

 

Pourquoi parler d’un jour du temps lointain ?

 

Maintenant, vous vous demandez peut-être pourquoi je vous parle de cette expérience. En fait, j’ai pu noter certains points qui peuvent vous être utiles.

Et de plus, il y a un enseignement que vous allez pouvoir utiliser personnellement.

Le premier point que je voulais aborder peut prêter à rire. Il est peut-être particulier à cette époque où l’on n’utilisait pas la vidéo comme aujourd’hui.

De nous jours, vous pouvez filmer du matin au soir. Et donc vous n’êtes pas limité par « l’espace vidéo ». Vous filmez, vous visionnez, vous pouvez mettre à la corbeille. Vous pouvez si vous le souhaitez faire des montages.

 

 

N’oubliez pas les personnages !

 

À l’époque, on sélectionnait un peu plus, du fait du support média.

Et que voit-on ? On voit des vues de paysages, des bateaux qui passent. Au Zoo, on voit les animaux. Et en fait sur une cassette d’une demi-heure. Vous ne voyez des personnages que pendant quelques minutes à peine.

Aussi, premier conseil. Filmez les gens plutôt que les alentours ! Il y a de fortes chances que les montagnes seront identiques dans 30 ans. Que d’autres bateaux auront pris la suite. Et que les animaux dans le zoo seront souhaitons le, les mêmes (leurs descendants).

Bien sûr, voir l’évolution des villes et des endroits est intéressant pour se rappeler. Mais se rappeler que ces vidéos sont surtout faites pour se revoir et voir les siens dans quelques années. Et permettre aussi à ceux-ci de se revoir et vous revoir.

 

 

Une journée quotidienne du passé.

 

Voilà un autre point que j’ai pu noter. Hormis les occasions agréables dont je viens de vous parler. Je n’avais pas fait de vidéos de la vie ordinaire.

Un repas classique à la maison, une vidéo ou j’apprends la guitare, ou les enfants font les devoirs, se brossent les dents. Une vidéo sur le chemin pour aller chercher le pain (question de se rappeler des lieux). Bref des vidéos sur la vie de tous les jours (maison, travail, loisirs).

Car cela aussi, c’est intéressant quand vous vous revoyez quelques années après. Cela permet de rassembler un peu plus les souvenirs. Et de faire découvrir la vie telle qu’elle était à l’époque.

Aujourd’hui, c’est simple à faire, l’outil vidéo est simple à manipuler avec les smartphones. Il reste simplement à bien les classer pour ne rien perdre….

Mais du coup. Pensez à l’avenir et au fait que vous serez content ainsi que les autres de revoir ces moments.

La fête et les réjouissances, c’est bien. Mais la vie de tous les jours aussi !

 

 

Une Biographie, pourquoi pas ?

 

Et s’il vous venait l’idée d’écrire votre biographie. Ou si vos enfants décident de le faire. Sait-on jamais ? (Vous avez toutes les cartes en main si vous avez téléchargé mon livre. Si ce n’est pas fait, n’hésitez pas !==>)

Vous pouvez utiliser les vidéos pour remémorer les situations. Vous serez en face de situations réelles telles qu’elles se sont passées il y a…..

C’est aussi une trace que vous laissez à vos descendants. Une trace d’un autre temps….

Et reconnaissez que c’est sympa de se voir encore bébé sur une photo. Alors sur une vidéo, vous voyez ce que cela apporte de plus !

 

 

Journée du passé ou pas, on aime se voir !

 

Ce sont donc les points que je voulais aborder sur le fait de tourner des vidéos. Mais le fait de visionner, m’a conforté dans l’idée de l’intérêt d’utiliser la vidéo pour son propre bien.

Comme vous l’avez compris, se revoir et voir des situations heureuses, cela donne un sacré beau moral.

Voilà donc le point positif. On aime se revoir et revoir les autres. Même si on se trouve moche ou si on n’aime pas sa voix. Revoir ce que l’on faisait, comment on vivait ces moments-là ! C’est véritablement un délice !

On se voit heureux, confiant, décontracté….

Cela peut rendre service quand on est dans une situation de moral moins bon. Mais vous pouvez utiliser la vidéo pour encore plus de retours positifs.

 

Faites des vidéos personnelles !

 

Vous pouvez créer ces moments sympathiques. Faites des vidéos où vous êtes en pleine forme, en pleine confiance. Quand vous vous entrainez, quand vous réussissez une activité…

N’hésitez pas à faire de vidéos ou vous exprimez vos sentiments et émotions du moment. À condition qu’ils soient bons.

Inutile de vous plomber le moral quand vous regarderez les vidéos dans quelques années ou quelques mois.

Toutes ces petites présentations vous serviront quand vous douterez. Quand vous aurez un peu moins confiance en vous.

 

 

Le bonheur c’est simple !

 

Et comme moi ce week-end, vous vous ferez un énorme plaisir en vous regardant. Et encore plus quand vous verrez tout le monde rire, s’amuser, discuter….

Comme le disait un slogan il y a quelques années :

« Le bonheur c’est simple comme une vidéo » (en fait, il ne s’agissait pas de vidéo, mais de téléphone.)

 

Votre action du jour

 

Votre action du jour, c’est de penser à faire régulièrement des vidéos de vous et de vos proches. Rappelez-vous, les paysages, les bateaux les voitures, c’est bien ! Mais les personnages c’est mieux ! Pensez à l’effet bénéfique que cela peut apporter par la suite. Ainsi que les différents bienfaits que cela procure. Multipliez les expériences. Classez-les : famille, fêtes, événements, vacances… Et n’oubliez pas les vidéos personnelles. Vos activités de tous les jours. Mais aussi des vidéos où vous exprimez votre confiance en vous, votre dynamisme, votre bien-être. Cela pourra vous être utile plus tard. Et avouez-le ! Vous revoir quelques années après, c’est vraiment sympa !

Fabriquez votre journée du passé !

 

 

 

 

Plan du site je me bouge

 

Vous verrez, vous me remercierez plus tard » Mr MONK.

« Je ne vous demande pas de me croire, mais juste d’essayer. » Christian GODEFROY.

 

Laissez un commentaire ci-dessous, si cet article vous a plu. Vous avez vous aussi des vieux films de vous ? Quand est ce que vous vous mettez aux vidéos ?

Comment utiliser l’effet zeigarnik ? 6 leçons à en tirer pour s’améliorer !

L’effet Zeigarnik, cela vous parle ? Peut être pas ! Et comment faire pour l’utiliser ? Il y a des chances alors que non. Eh bien ! C’est ce que nous allons voir dans cet article. Et cerise sur le gâteau, vous allez utiliser celui-ci pour vous améliorer. Cool ! Non ?

 

Les erveurs de café utilisent l\'effet Zeigarnik sans le savoir

    L’effet Zeigarnik ! Comment font les serveurs ?

 

 

 

Faisons connaissance avec Bluma Zeigarnik.

 

Tout commence par une observation. Dans les années 1920-1930 une psychologue d’origine russe, Bluma Zeigarnik remarque un fait étonnant. C’est certainement quelque chose que vous aussi vous avez pu noter. Alors qu’elle est attablée dans un café, elle est surprise par la mémoire que peuvent avoir les serveurs.

Sans prendre la moindre note, elle les voit capables de retenir des listes interminables de consommations. Et bien entendu, quand le service ce celles-ci arrive, la commande est respectée.

Elle observe encore et encore. Change d’emplacements. Et que constate Bluma Zeigarnik ? Elle retrouve la même mode de fonctionnement.

Les serveurs se rappellent parfaitement des commandes sans noter quoi que ce soit.

Voilà quelque chose qui en tant que psychologue et psychiatre l’interpelle. Tout ce qui touche au cerveau et ses capacités ne peut pas la laisser sans réaction…

 

 

L’effet Zeigarnik, quésaco ?

 

Bluma Zeigarnik, décide donc de poursuivre ses investigations. Et ce qui suit la surprend encore plus. Une fois que l’addition de la commande est réglée (pas uniquement servie). Il se trouve que le serveur comme par enchantement l’oublie totalement.

Autrement dit. Il se rappelle parfaitement des composants après la commande orale. La sert en respectant chaque composant. A toujours le souvenir tant que celle-ci n’est pas payée.

Mais dès que le règlement a lieu, tous ces souvenirs disparaissent.

Une fois de plus Bluma Zeigarnik, renouvelle l’expérience. Elle en émet alors une hypothèse.

Il est plus simple de se rappeler de ce qui n’est pas terminé. Plutôt qu’une fois que le travail est fini. (On y reviendra plus tard.). Cette hypothèse deviendra donc par la suite, l’effet qui porte son nom, l’effet Zeigarnik.

Voici la définition de Wikipédia (Wikipédia effet Zeigarnik)

« L’effet Zeigarnik désigne la tendance à mieux se rappeler une tâche qu’on a réalisée si celle-ci a été interrompue alors qu’on cherche par ailleurs à la terminer. »

Phot de Bluma Zeigarnik qui a mis en évidence l'effet Zeigarnik

    Bluma Zeigarnik. 

 

L’expérience continue !

 

Bien entendu, Bluma Zeigarnik ne s’arrête pas à cette hypothèse. Elle souhaite aller plus loin dans ses constatations. Pour cela, elle mène quelques expériences. La plus connue, auprès d’enfants auxquels elle demande d’accomplir certains « travaux ».

Ils ont pour mission d’effectuer une suite de 20 petits exercices (enfiler des perles, réaliser un puzzle, fabriquer d’animaux en pâte à modeler, dessiner…).

Au bout d’un certain temps, chacun avait réalisé quelques éléments. Mais en avaient laissé d’autres en attente.

Quelque temps plus tard après cet exercice arrive la suite de l’expérience. Elle demande aux enfants de se rappeler un maximum des tâches qu’ils avaient à faire.

Et là, les réponses sont étonnantes. Mais en fait, confirment son idée. Ils se souviennent plus facilement des tâches qu’ils n’ont pas terminées. Celles qui leur reste à finir, par rapport aux travaux qu’ils ont finis.

 

 

L’effet Zeigarnik, c’est aussi une tension !

 

Par la suite, après d’autres expérimentations, Bluma Zeigarnik en est arrivée à d’autres conclusions. Quelles que soient les personnes, le fait d’entreprendre une action crée une certaine motivation. Et le fait de ne pas finir crée une tension qui fait que l’on se rappelle de cette motivation initiale. On a donc toujours cela en mémoire.

Tant que l’action sera en cours ou inachevée, le souvenir de celle-ci trottera dans votre esprit… Cette tension vous rappellera au souvenir du travail en question. C’est l’effet Zeigarnik !

Une leçon mal apprise, un dossier à terminer, un entrainement oublié, une discussion mal terminée… Mais aussi, un travail en cours que l’on a prévu de terminer.

 

N’oubliez pas les succès !

 

Qu’est ce que cela entraine dans la vie de tous les jours ?

Comme vous venez de la voir. On se souvient plus facilement de ce que l’on n’a pas achevé (en cours, arrêté prématurément, échec, dans l’attente d’une réponse…). Que ce que l’on a terminé.

Il est donc tout à fait normal que l’esprit soit toujours encombré par ces éléments perturbateurs. Ils sont intégrés dans la mémoire et reviennent donc régulièrement.

Notez, mais cela vous le savez déjà ! Cela confirme que les succès ne sont pas mis en valeur. En effet, on a plutôt tendance à ne tenir compte que de ce qui est plutôt négatif. Et oublier que l’on a aussi de nombreuses réussites. D’où l’intérêt de tenir un cahier de réussites. Cela permet de vous rappeler de vos victoires.

 

6 Façons de diminuer l’effet Zeigarnik.

 

Alors il y a d’autres façons d’utiliser cet effet Zeigarnik. Car même s’il peut être utile dans de nombreuses occasions (voir les serveurs de café). Il est la source de tensions qui durent et qui peuvent vous rendre la vie difficile.

Aussi, voilà quelques propositions pour diminuer au mieux les répercussions négatives de cet effet Zeigarnik. Qui il faut le rappeler, touche tout le monde !

  • Évitez de commencer plusieurs tâches en même temps ! Vous vous rappelez, le multi tâche ?. Cela risque clairement de vous procurer des travaux inachevés. Et donc quelques tensions…
  • Finissez ce que vous avez commencé. Une fois terminé, cela ne vous encombre plus l’esprit. N’oubliez pas de noter vos réussites. Cela peut servir pour les périodes de moins bien…
  • Faites du rangement. Un rangement mal fait est toujours l’objet d’un travail inachevé…
  • Évitez de vous attaquer à un travail colossal. Procédez par petits pas ! Inutile de vouloir repeindre la maison en entier. Commencez par une pièce. Même un plafond suffit. Celui-ci fait, ce n’est plus un souci. Quant au reste ce n’est pas un problème, juste un travail à venir…
  • Avalez le crapaud ! Souvent le « crapaud » est une tâche non terminée. Du moins qui demande une conclusion. Et pour ce qui est des tensions… !!!!
  • Utilisez les listes (todo list). Cela vous permet de noter ce que vous devez faire. Et de voir l’aboutissement. Si le travail n’est pas effectué, vous le remettez au lendemain. En l’écrivant, vous faites en sorte de l’ôter de votre esprit. Ce n’est plus un travail en attente, ce sera une tâche à venir.

 

Un des nids de l’effet Zeigarnik….

 

Voilà donc les enseignements que l’on peut retenir de cet effet Zeigarnik. Il y a bien sûr d’autres façons de réduire au maximum les retombées de cet effet quand elles sont négatives. Mais surtout une !

Il n’est pas possible de finir l’article sans en parler. Ce n’est pas la plus simple ! Cette façon c’est d’arrêter de procrastiner. Procrastiner c’est se mettre en tête des tâches que vous n’achevez pas. Vous voyez ce que cela veut dire….

En fait, le procrastinateur a tout le temps l’esprit rempli de travaux non finis. Et l’ensemble des tensions qui s’accumulent, créent ou peuvent créer des remords. Voire plus que ça, de l’inquiétude et de l’angoisse

Vous comprenez pourquoi, procrastiner peut s’avérer pénalisant. Même si certains disent le vivre bien… ?

 

 

Votre action du jour

 

Votre action du jour, c’est de prendre conscience de cet effet Zeigarnik. En fait vous le vivez au quotidien. Il vous sera utile dans bien des situations. Cela entretient la motivation pour réaliser vos tâches. Mais rappelez-vous de son effet moins favorable. Et prenez les résolutions que vous venez de voir. Faites en sorte d’éviter au maximum les activités non terminées !

Vous éviterez ainsi bon nombre de tensions et de pensées perturbantes ….

 

Plan du site je me bouge

 

Vous verrez, vous me remercierez plus tard » Mr MONK.

« Je ne vous demande pas de me croire, mais juste d’essayer. » Christian GODEFROY.

 

Laissez un commentaire ci-dessous, si cet article vous a plu. Vous connaissiez l’effet Zeigarnik ? Quelles leçons donneriez-vous pour éviter les conséquences négatives de cet effet ?

Comment résumer le développement personnel en 3 mots ?

Vous connaissez le développement personnel. Si on vous demande de le résumer, pire une définition. Et ce, en 3 mots. Avouez que vous risquez dans un premier temps d’avoir du mal à le faire ! Et bien, c’est le sujet de l’article d’aujourd’hui. Je vous donne ma définition. Peut-être la connaissez-vous déjà… ?  🙂

 

Un oiseau dasn son nis attend son haure pour s\'envoler. C\'est une image pour résumer le développement personnel.

     Résumer le développement personnel. Avec un petit oiseau ?

 

 

Il faut absolument le faire !

 

À quoi cela sert de résumer le développement personnel en 3 mots ?

Cela va vous donner ce qui fait la base absolue de toute démarche. Connaissant cette base, il vous sera beaucoup plus simple d’avancer. Alors, voyons cela ensemble !

Vous avez beau apprendre et connaître toutes les théories. Peut-être avez-vous toutes les qualités, les capacités pour ?

Mais si vous ne faites pas ce qui va suivre. Vous avez toutes les chances de ne pas décoller. De rester à stagner en continuant de vivre dans vos rêves et vos pensées !

En fait, vous voulez changer. Vous aimeriez changer ! Et pourtant, cela ne se passe pas comme vous le souhaitez.

Pourquoi ?

 

 

Des désirs, vous en avez !

 

Ce qui vous plairait, c’est avoir plus confiance en vous ? Quelques kilos de moins pour améliorer votre vie ? Devenir plus productif et avoir plus de temps ? Peut-être que ce qui vous fait rêver c’est de savoir mieux communiquer ?

En fait, la liste est longue. Aussi longue que vous pouvez avoir d’envies ou mieux, de désirs !

Que ce soit pour les petits cheminements. Tout comme pour les grands parcours de développement personnel.

 

 

Pour changer, il faut changer…

 

Eh oui ! Développer des compétences. Améliorer un point qui ne vous plait chez vous. Ou avoir le désir de changer profondément !

Toutes ces envies vont vous demander de changer certaines de vos façons de faire.

Car une fois de plus, sans rien modifier dans votre comportement. Vous continuerez à avoir les mêmes résultats. (Einstein et la folie).

 

 

Il était une fois un oiseau…

 

Prenons un exemple simple. Vous pouvez facilement imaginer un petit oiseau dans son nid. Il suffit de regarder autour de vous.

Prenez le premier oiseau venu ou un pour qui vous avez une préférence.

Couvé par ses parents, un beau jour il fait son apparition en perforant la coquille avec son petit bec.

Ensuite, jour après jour bien calé au fond de son nid, il va être nourri par les siens. Super, il est là tranquille ! Profite de la belle vie. Vous voyez le tableau ? Petite zone de confort bien cool !

Mais au bout de quelque temps, cela ne suffit pas. Il doit voir la vie ailleurs que dans son lit douillet.

Si bien qu’un matin, le grand jour vient. Je ne sais pas comment cela se passe dans le cerveau d’un oiseau. Mais quand le jour est venu…

 

 

Le grand jour arrive !

 

La nature fait bien les choses. Il est devenu fort, son corps et ses ailes se sont couverts de plumes. Sa grande envie, c’est de voir ailleurs ce qu’il se passe. Il veut connaître d’autres mondes.

Ni 1, ni 2, il se met sur le bord du nid. Et là…

 

  • Rien ne se passe. Il ne se sent pas prêt peut-être. Il reste finalement un jour de plus dans son nid. Ou plus. Mais il doit faire vite, les parents ne pourront plus le nourrir… Le confort c’est bien ! Mais la nature n’est pas de cet avis !

 

  • Il se jette. Puis se met à battre des ailes de toutes ses forces. Le vol se transforme plutôt en chute. Sur la branche du dessous. Puis une autre. Puis sur le sol. Celui-là a eu de la chance. Il ne s’est pas écrasé. Peut-être n’était-il pas prêt ? S’il veut améliorer sa vie ou tout simplement vivre, il devra recommencer rapidement. Sa vie est en danger… Alors il réessaie ! Corrige les erreurs qui ont plombé son premier vol. Et, on va la faire sympa notre histoire, il s’envole enfin… !

 

  • Il se jette, bat des ailes de toutes ses forces. S’élève de quelques centimètres, puis redescend. Et de nouveau quelques centimètres, puis quelques mètres. Et finalement, arrive à voler de branche en branche.

 

L\'oiseau s\'apprête à s\'envoler. il passe à l\'action. C\'est une façon de résumer le développement personnel.

    Le grand jour est là. Prêt à résumer le développement personnel !

 

Quelles différences entre ces oiseaux ?

 

Qu’est-ce qui a fait la différence entre l’oiseau qui n’a pas bougé ? Celui qui a raté, avant de retenter ? Et celui qui a réussi ?

Eh bien ! Vous l’avez compris. Une seule chose a fait la différence !

Cette chose, c’est justement ce qui pour moi est la définition. Ou plutôt ce qui va résumer le développement personnel. Et effectivement, cela ne comporte que 3 mots.

Vous avez deviné ?

En fait, je voulais vous faire languir et attendre la fin de l’article pour vous le dire.

En attendant, cela vous donne à réfléchir…

Mais en fait, ce résume, vous le savez parfaitement. Vous l’entendez en long, en large et en travers dans ce blog. Mais aussi dans toutes lectures de développement personnel.

 

 

Résumer le développement personnel avec seulement 3 mots. Nous y voilà !

 

Donc, pour résumer le développement personnel, je vous livre enfin ces 3 mots.

À vous de voir ce qui vous parle le plus.

Passage à l’action !

Passer à l’action !

Agir dès maintenant !

Seule l’action compte !

Vous voyez, vous avez le choix !

Mais une chose est sûre. Il n’y a que l’action pour avancer. Aller de l’avant, progresser, changer….

 

N’oubliez pas l’oiseau ! Il est là pour vous rendre service….

 

Alors la zone de confort, c’est bien. On y est à l’aise. Mais voilà, cela vous engage à ne rien faire. À continuer comme avant. Et comme cela se dit, quand on n’avance pas, …. on recule !

Rappelez-vous de l’oiseau (Là c’est pire sa vie est en jeu.) ! Mais n’est-ce pas une partie de votre vie qui est en jeu si vous restez immobile ?…

Donc en conclusion, si vous voulez évoluer, vous développer. Agissez !

Et continuez de penser à l’oiseau.

Soit l’action vous apportera la réussite dès le départ tout simplement. Cela demande de la préparation et quelques efforts. Voire beaucoup, si vous envisagez de grands changements.

Soit l’action débouche sur un échec. Mais comme vous le savez. Comme l’oiseau vous l’a montré ! Ne vous arrêtez pas là !

Corrigez vos erreurs ! Changez de cap et procédez autrement ! Mais surtout, continuez d’agir. C’est la seule voie pour fera progresser et vous amènera au succès !

Aussi maintenant, quand vous aurez un désir ! Quand vous voudrez avancer sur un point, une compétence ! Il suffit de vous rappeler ces 3 mots pour résumer le développement personnel. « Je passe à l’action ! »

 

 

Votre action du jour

 

Votre action du jour est simple. Arrêter de remettre a demain les changements que vous envisagez. Même si vous ne vous lancez pas à fond dans l’aventure. Faites une première petite étape ! Passez à l’action. Vous savez dorénavant que pour résumer le développement personnel, il vous suffit de trois mots. Mais ces 3 mots constituent le premier niveau incontournable pour avancer. Inutile d’envisager autre chose, si vous restez dans votre nid douillet à regarder passer le temps… !

 

 

 

Plan du site je me bouge

 

Vous verrez, vous me remercierez plus tard » Mr MONK.

« Je ne vous demande pas de me croire, mais juste d’essayer. » Christian GODEFROY.

 

Laissez un commentaire ci-dessous, si cet article vous a plu. Comment résumer le développement personnel en 3 mots à votre façon ? Quel type d’oiseau êtes-vous ?

Oui, les aînés sont plus intelligents ! 3 sources de succès à en tirer…

Suivant différentes études, les aînés seraient plus intelligents que leurs frères et leurs sœurs.

En fait, leurs QI seraient supérieurs à ceux des suivants. Différentes explications sont avancées. Elles mettent le point sur le rôle des parents dans ce processus.

Nous verrons que cette conclusion d’étude peut avoir des enseignements intéressants quant à la recherche du succès.

 

Les ainés sont plus intelligents. Cela commence dès la naissance

    Les aînés sont plus intelligents ! +d’amour ?

 

 

 

Avant de commencer

 

Commençons par un avertissement.

Comme toute étude, cela est à prendre avec quelques précautions. Mais il y a certains points qui effectivement vont dans ce sens. Il faut bien noter que l’on ne parle pas dans ces études de l’affection que les parents portent aux enfants. Mais bien de messages et d’informations que ceux-ci apprennent à leurs chérubins.

 

 

Plus d’investissement pour l’ainé !

 

Le premier point c’est que l’aîné est plus stimulé intellectuellement par les parents.

Tout d’abord, c’est le premier. Donc sujet de toutes les attentions. On s’en occupe plus intensément. Avec plus d’émotions (on s’inquiète, on se pose des questions…). Ce plus d’émotions envoie des messages plus forts, plus « imprégnant ».

Une fois la « surprise et la nouveauté » passées pour les suivants. L’attention est de fait peut-être moins importante.

Certes, une fois de plus, cela ne nuit pas à l’affection pour chacun. Mais les parents vont s’investir un peu plus quand il s’agit du premier. Apprendre tout ce qu’il y a à apprendre. Ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas faire, etc.

Ils passeront plus de temps pour la lecture, les découvertes, les jeux, etc.

 

 

Le temps n’est pas extensible…

 

Le deuxième point est que proportionnellement, le temps n’étant pas extensible. Les parents passeront moins de temps avec le deuxième puis le troisième.

En effet, pour le premier pas de souci, tout le temps lui est consacré. Ensuite pour schématiser les choses, le deuxième n’a plus « droit » qu’à 50 % de cette attention. Et ainsi de suite.

Aussi, le nombre d’enfants augmentant, le savoir donné par les parents est partagé. Autant dire que le dernier dans une grande famille sera moins « éduqué » par ses parents. Ceux-ci auront en partie laissé la main aux frères et sœurs.

 

 

Un peu d’histoire.

 

Historiquement, l’aîné était aussi le responsable de famille (droit d’aînesse), en l’absence des parents. Cela lui conférait un droit, mais aussi un devoir. Celui de surveiller le reste de la famille. Et de faire leur éducation. Les parents étant occupés à leurs différentes tâches.

Ces responsabilités leur apportaient ainsi une certaine autorité. Mais aussi plus de savoirs.

De nos jours, le système a changé. Mais il en subsiste un point qui se fait naturellement. L’aîné apprend et « forme » ses frères et sœurs.

 

 

L’ainé est toujours le tuteur !

 

Ils apprennent à l’autre. C’est donc une pratique d’intelligence et de savoir.

Quand vous apprenez aux autres, c’est que vous avez acquis le savoir et le savoir-faire. Et vous le maitrisez. Et de plus, vos savez faire passer simplement le message. Il le faut ! Car la personne en question (votre cadet ou votre benjamin) lui est ignorant de la chose.

C’est comme vous l’avez déjà vu une des étapes ultimes du développement personnel (apprendre aux autres).

Autrement dit, l’aîné fait preuve dans « cette éducation » de qualités intellectuelles élevées. D’où le QI supérieur et cette conclusion que les aînés sont plus intelligents.

 

un ainé aide son petit frère dans un gros tuyau.

    Les aînés, plus intelligents? Ils forment….

 

Il reste que l’aîné est seul pour découvrir la vie…

 

Mais il y a certainement un autre point qui intervient dans ce constat, vis-à-vis de l’aîné. Celui-ci n’a pas de référence hormis ce que ses parents peuvent lui dire. Et vous vous doutez bien que les parents ont oublié depuis longtemps les problèmes que l’on peut rencontrer quand on est petit, tout petit…

On n’a pas de recul sur le monde, un du fait de l’expérience. Mais aussi de la taille. Vous vous retrouvez face à un monde gigantesque. Une table, c’est haut comme une maison. Une maison devient un gratte-ciel, etc.

Ce problème de taille, entre autres, mais ce n’est pas le seul va vous créer des tas d’obstacles. Et vous allez faire votre propre éducation en accumulant les erreurs, les problèmes.

À chaque obstacle, vous cherchez, vous tâtonnez, jusqu’à arriver à une solution.

En fait votre vie de « débutant de la vie » est truffée de ce genre de problèmes.

Et cela bien entendu, vous endurcit. Et fait travailler votre intelligence.

 

 

Le travail est maché….

 

Quand les petits frères ou les petites sœurs arrivent, elles profitent de vos conseils. Les problèmes sont évacués au fur et çà mesure. Bien sûr d’autres surviennent.

Mais ceux que votre aîné vous enseigne, vous n’avez aucun effort intellectuel pour les réaliser. Il vous donne le raccourci pour cela.

Pas besoin de réfléchir, pas d’effort intellectuel à faire. Vous avez la solution par l’aîné.

Pour synthétiser la situation, vous n’avez pas l’ensemble des problèmes qui peuvent vous forger la vie.

Or, le plus souvent, c’est comme cela que l’on progresse. Un problème, une erreur ce n’est pas un échec. C’est une étape à ne pas renouveler. Une étape qui vous demande de trouver autre chose pour vous sortir d’affaire.

C’est en cela que l’échec est favorable et vous pousse vers la réussite. Ou du moins le devrez.

Rappelez-vous du râteau !

Peut-être une explication que les aînés sont plus intelligents…

 

 

Les ainés sont plus intelligents. La conclusion.

 

Voila donc ce que ces études peuvent nous apprendre. En fait 3 points importants, qui sont les suivants.

  • Celui-ci peut paraître évident. Plus on apprend de choses, plus on en sait et plus on forge son intelligence. La leçon est donc d’apprendre tout le temps, ne pas cesser. Pour cela, il est essentiel de lire, de se renseigner, de s’intéresser à des tas de matières. Se former continuellement est aussi une route toute tracée pour l’intelligence.
  • Apprenez aux autres, cela fait travailler vos capacités intellectuelles. Outre le fait que pour apprendre vous devez avoir le savoir et le savoir-faire. Apprendre développe en vous la faculté de transmettre des messages simplement.
  • Les échecs et les problèmes vous apprennent beaucoup. Les personnes qui réussissent ont généralement eu beaucoup de problèmes à solutionné. Celui qui n’a pas de soucis a moins de chance de progresser. Trouver des solutions aux problèmes demande de faire appel à votre intelligence.

Alors, les aînés sont plus intelligents ? Pour rassurer, le reste des frères et de sœurs. Chacun va utiliser sa place chronologique pour développer d’autre qualité que l’intellect pur. Certains seront plus créateurs, plus malins, plus diplomates, plus insouciants…

Descartes, Darwin n’étaient pas les aînés. Et pourtant…. Vous en connaissez certainement d’autres…. Vous ? 🙂

 

 

Votre action du jour

 

Votre action du jour c’est de réfléchir à ce que ces études nous apprennent.

Avez-vous soif d’apprendre ? Lisez-vous ?

Êtes-vous du genre à apprendre aux autres ? Jouez-vous le rôle de l’aîné.

Est ce que les problèmes sont pour vous des sources de progression ? Ou sont — ils des boulets qui vous bloquent ou vous limitent ?

 

 

 

Plan du site je me bouge

 

Vous verrez, vous me remercierez plus tard » Mr MONK.

« Je ne vous demande pas de me croire, mais juste d’essayer. » Christian GODEFROY.

 

Laissez un commentaire ci-dessous, si cet article vous a plu. Vous êtes l’ainé ? Que pensez-vous de ces études ? Vous n’êtes pas l’ainé ? Que pensez-vous de ces études ?