Menu +

30 kilos d’argile pour en apprendre sur la gestion de projet !

Des euros en plus ? Dans 90 jours, c'est votre tour ! Vous aurez votre propre livre en main ! Téléchargez gratuitement la méthode IQARE, la méthode pour écrire votre livre pas à pas en 3 mois. Un livre, c'est beau ! Mais ça l'est encore plus quand c'est le sien ! Et si en plus, cela peut rapporter des euros supplémentaires....




 

30 kilos d’argile pour en apprendre sur la gestion de projet ! Aujourd’hui, je quitte « le succès selon Jack » pour vous raconter une histoire. Comme vous le savez, j’aime bien les histoires. Peut-être en est-il de même pour vous ? Comme vous allez le voir, cette histoire va vous donner une explication simple. Là où il serait plus compliqué de le faire avec des mots. Mais, n’est pas cela l’intérêt des histoires ?

image de mains travaillant l\'argile pour en faire un vase. Des kilos d\'argile pour apprendre la vie...
      15 kilos d’argile pour en apprendre plus sur la vie !

 

 

 

Il était un professeur en arts…

 

Que va nous apprendre cette histoire ? Je pourrais vous le dire dès maintenant. Mais je ne suis pas sûr que vous liriez cette histoire de la même façon. Alors je vous laisse la surprise pour la fin.

Un jour, un professeur d’arts propose un challenge à ses élèves. L’idée derrière ce challenge est de leur montrer une façon de faire, pour une meilleure progression. Mais cela, c’est la chute de l’histoire ! Alors, on y reviendra bientôt.

Pour de défi donc, il se munit de 30 kilos d’argile. Se rend dans l’atelier où l’attendent ses élèves. Et il leur propose la mission dans ces termes.

 

 

15 kilos d’argile chacun !

 

« Vous allez vous séparer en deux groupes. Par ordre alphabétique pour simplifier les choses. Vous êtes 20. Donc les 10 premiers à ma droite, les 10 suivants à ma gauche. »

« Les 2 groupes vont avoir une mission très différente. Le premier groupe aura à sa disposition 15 kg d’argile, le second la même quantité. »

« Le groupe de droite aura pour but de réaliser le maximum de vases possible. Pour vous donc la mission sera une mission de quantité ! »

« Le groupe de gauche, vous, vous aurez à réaliser le beau vase possible. Le vase parfait ! Votre mission sera donc accès sur la qualité ! »

« Et pour cela, on se donne rendez-vous dans 6 mois ! »

 

 

Les kilos d’argile ont rendu leur verdict !

 

6 mois se passent. Nous voilà donc le jour du résultat. Chaque groupe présente le résultat de ses actions.

Le groupe de gauche présente au milieu de la pièce sur un guéridon son vase « parfait ». Le groupe de droite lui, avait déposé ses œuvres sur des étagères. Les vases réalisés le premier mois en bas et les dernières réalisations sur l’étagère du haut. Et un petit peu sur une table, car le dernier mois ils en avaient vraiment fait beaucoup.

Avant de connaître les résultats. Le final est de savoir qui a le mieux utilisé ses kilos d’argile. D’après vous, à qui appartenait la pièce qui fut jugée la plus belle ? À ceux qui visaient la quantité, ou à ceux qui concouraient pour la qualité ?

Vous vous doutez bien qu’il y a un piège ! Et effectivement, vous avez vu juste.

 

Pas de doute, le groupe… a gagné !

 

Le professeur se dirige vers la table et choisit un vase. Il le place à côté du vase « parfait » des « qualitatifs ». Et là, le constat fut évident.

Le vase choisi sur la table était beaucoup plus fin, harmonieux. En fait, chacun était d’accord pour dire qu’il était plus réussi que le vase « parfait ». Même pour les participants du groupe « qualitatif ».

Le plus beau vase, le plus parfait se trouvait donc être dans le groupe des « quantitatifs ». Mais pourquoi ?

Vous avez une idée ?

 

 

Des kilos d’argile, oui ! Mais il y a autre chose…

 

Pour répondre à cette question. Il suffit d’écouter la suite de la discussion entre le professeur et les « quantitatifs ».

Le professeur :

« A un moment, vous avez laissé tomber le quantitatif pour le qualitatif ? »

Les élèves :

« Non, pas du tout. Mais en fait, plus cela allait. Et plus il nous était simple de faire des vases. Jusqu’a ce que cela devienne pratiquement intuitif. Bien sûr on a rencontré des difficultés. À cela on a trouvé des solutions ou bien on a pris une nouvelle voie. Mais en pratiquant, cela devenait plus simple. Et nous nous améliorions jour après jour ! »

« À tel point qu’à la fin étant parfaitement mécanisé quant au savoir-faire. On a pu. Et c’est surement ce qui explique le côté mieux fini du vase. Y mettre nos émotions, notre ressenti… ! »

Une fois cela dit, tout le monde fut d’accord pour s’applaudir mutuellement. Et savourer une leçon que le maître ne manqua pas de leur donner.

 

 

Ils avaient le mauvais rôle !

 

En fait, il s’agit d’une leçon tirée de l’expérience. Mais une leçon que l’on retrouve pour chaque activité que l’on peut faire dans la vie de tous les jours.

La première, vous vous en doutez.

Ce n’est pas de leur faute, mais le groupe des qualitatifs avait le mauvais rôle. En voulant faire très bien, trop bien ils ont eu plus de mal à bien avancer.

Se concentrant sur un travail fini qui leur semblait parfait, ils n’arrivaient pas à l’atteindre. En fait, ils imaginaient le travail final avant même de le débuter. Et voulant toujours faire mieux, ils changeaient et imaginaient encore et encore.

De plus, ils n’avaient aucun savoir-faire. Et connaissaient à peine le tour de main nécessaire pour faire un vase de base…

Alors ils commençaient, et changeaient d’idées, modifiaient. Recommencaient encore à chaque erreur ou problème. Et pour clore le tout, il fallait que chacun soit d’accord sur la notion du parfait. Avouez que la mission était vraiment compliquée !

 

 

Les kilos d’argile modifient le cerveau !

 

Le groupe des quantitatifs lui à au contraire commençait par des tâches de base. Par le savoir-faire minimum pour faire des quantités. Autrement dit, ils ont pratiqué, pratiqué…

Les seules erreurs qu’ils avaient à réparer étaient des erreurs basiques. Si bien qu’après quelques essais. Ils en sont arrivés à des vases somme toute, tout à fait corrects.

Et ils ont continué ! Pendant ce temps-là, dans leur cerveau de nouvelles connexions se sont créées ! Des connexions fabriquées par l’habitude et la pratique. (plasticité cérébrale)

Si bien qu’après, ils pouvaient faire un vase de base, même les yeux fermés.

Ils avaient appris ce qu’il fallait faire. Mais aussi ce qu’il ne fallait pas faire.

 

 

Avec le résultat… L’esprit s’en mêle !

 

Et la récompense vient alors. Même s’ils ne la recherchaient pas particulièrement.

Faire des vases était devenu pour eux instinctifs. Ils avaient une maitrise des opérations de base. À tel point qu’ils pouvaient se détacher du travail précis que cela demande. Un peu comme le conducteur. Qui ne se pose plus la question de savoir sur quelle pédale appuyer. Où mettre son clignotant, comment ralentir, accélérer, s’arrêter aux feux…

Et ce détachement leur a ouvert d’autres voies. La voie des émotions, de l’inspiration, de l’art…

Si bien qu’ils ont pu par la suite mettre cet art dans leurs kilos d’argile et leurs poteries.

Leurs mains faisaient naturellement. Leurs pensées intervenaient et les guidaient vers le qualitatif.

 

 

Alors, cette histoire de kilos d’argile ! Elle vous a plu ?

 

Voilà donc comment une petite histoire de kilos d’argile peut en apprendre plus qu’un long discours. Bien sûr, vous l’aurez compris, il s’agit d’une parabole. Mais reconnaissez que cela donne bien une idée de ce qui peut se passer habituellement.

À vouloir trop bien faire, on hésite, on refait encore et encore. On peut même abandonner.

Alors qu’en pratiquant. En maitrisant les bases, on se donne une véritable assise pour aller plus loin. On construit de bonnes fondations qui peuvent permettre de libérer les instincts, les émotions ensuite.

 

 

Votre action du jour

 

Aussi pensez-y quand vous vous lancer dans une tâche. C’est ce que je préconise dans mon livre en pratiquant au quotidien. Le fait d’écrire chaque jour, du moins très régulièrement améliore votre façon de faire.

C’est la même chose avec des recettes de cuisine. Vous apprenez les bases, vous les pratiquez. Et dans quelques semaines vous pourrez vous exprimer pleinement. Et faire profiter les autres de vos « inventions » et « spécialités ».

On pourrait dire la même chose avec toutes les activités. Aussi, en ce qui vous concerne, faites en sorte de trouver ce qui représente votre « quantitatif ». Quelles sont les bases ?

Travaillez jusqu’à parfaitement les maitriser !

Évitez de penser de suite à la perfection ! Ce sera votre action du jour !

 

 

 

Plan du site je me bouge

 

Vous verrez, vous me remercierez plus tard » Mr MONK.

« Je ne vous demande pas de me croire, mais juste d’essayer. » Christian GODEFROY.

 

Laissez un commentaire ci-dessous, si cet article vous a plu. Est-ce que cette histoire de kilos d’argile vous a plu ? Quelle est votre tâche quantitative ?

Des euros en plus ? Dans 90 jours, c'est votre tour ! Vous aurez votre propre livre en main ! Téléchargez gratuitement la méthode IQARE, la méthode pour écrire votre livre pas à pas en 3 mois. Un livre, c'est beau ! Mais ça l'est encore plus quand c'est le sien ! Et si en plus, cela peut rapporter des euros supplémentaires....



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.